samedi 01 octobre 2022 – 20H00

GRATUIT ABONNÉS

LEWIS OFMAN + MIEL DE MONTAGNE + MR GISCARD

Électro
Club

• TR : 17€ • PT : 19€ • SP : 22€ • GRATUIT ABONNÉS

Grande salle

Debout

Prendre ma place
Ajouter à mon calendrier

LEWIS OFMAN

Depuis ses premières compositions réalisées à 11 ans sur Garageband jusqu’à Dancy Party (2021), en passant par le très remarqué Yo Bene (2017), Lewis OfMan a toujours fait la part belle àla musique de fête. Celle qui résonne au loin à l’heure où le soleil commence tout juste à décliner.
Avec Sonic Poems, le producteur parisien avance un peu plus loin au coeur de la nuit. « Let’s get drunk and keep it light » annonce le morceau “Misbehave”, qui invite à trinquer aux fautes que l’on commet lorsque l’on a trop bu, aux rencontres à la sortie des clubs (“Love Parade”), aux messages envoyés dans un état second (“Too Much Text”).

LEWIS OFMAN
MIEL DE MONTAGNE

MIEL DE MONTAGNE

Pour son premier EP sorti en juin 2018, Miel de Montagne se révèle avec des productions électroniques teintées de pop. Il chante la vie simple, celle qu’il mène à la campagne avec ses parents, ses histoires d’amour, son skate et son chien. Des punchlines qui reviennent comme autant de ritournelles.
Chaque situation peut se transformer en chanson. Et c’est ce que l’on retrouve en 2019 sur son premier album pour lequel il va plus loin dans le décryptage sans pression de son existence : celle d’un jeune de homme de 24 ans parfois un peu perdu avec l’espoir d’un rayon de soleil dans la voix, drôle et profond, léger et désabusé, danseur de fête.

MR GISCARD

« Décalé ascendant romantique », ainsi se présente à nos suffrages monsieur Giscard. Avec un programme musical fait de rap mélodique, d’électro dansante et mélancolique, et de chanson française lorsqu’elle s’irrigue aux rythmes d’ailleurs, d’Afrique ou d’Amérique du sud ou de musique classique. Avec monsieur Giscard, Chopin et Club cheval mangent à la même table, Daft Punk et Pauline Croze ont des conversations. C’est donc un grand pacificateur, un idéaliste, un étranger chez lui, un musicien spontané, un sociologue qui s’ignore. Quelque chose du Baudelaire secret, qui écrivait dans son journal intime une suite de sentiments : « les airs charmants et qui font la beauté sont : l’air blasé, l’air ennuyé, l’air évaporé, l’air impudent, l’air de regarder en dedans, l’air de domination, l’air de volonté, l’air malade, l’air chat, enfantillage, nonchalance et malice mêlés… ». Monsieur Giscard en respirant les fleurs du mal contemporaines nous offre de bien belles illuminations.

MR GISCARD